A quoi ressemblerait un monde sans Twitter ?

[Article] The reality of a world without Twitter.


A quoi ressemblerait un monde sans Twitter ?

New York (AFP) - L'avenir du réseau social à l'oiseau bleu apparaît très incertain après une semaine aussi agitée que les précédentes, entre nouvelle saignée des effectifs et rétablissement du compte de Donald Trump, probable source de controverses. Une question revient de plus en plus régulièrement : à quoi ressemblerait un monde sans Twitter ?

Avec environ 237 millions d'utilisateurs quotidiens au dernier pointage, fin juin, Twitter est beaucoup plus modeste que Facebook (1,98 milliard), TikTok (plus d'un milliard), mais aussi Snapchat (363 millions).

Pourtant, en un peu plus de 15 ans, la plateforme est devenue un lieu incontournable pour dirigeants, entreprises, célébrités et médias, qui se contentent parfois de ce canal pour communiquer.

Twitter "n'a rien d'essentiel", a lancé, sur son compte, Steven Cohn, entrepreneur new-yorkais. "Le monde se débrouillerait fort bien sans Twitter", a-t-il insisté, convaincu, comme d'autres, que le pays des gazouillis n'est qu'un microcosme, à l'importance réelle limitée.

"L'essentiel des tweets vient de 1%" des utilisateurs, a-t-il écrit. "La plupart des gens normaux ne se connectent jamais."

Au contraire, pour Karen North, professeure à l'université USC Annenberg, "ce qui est vraiment fort avec Twitter, c'est que n'importe qui peut y annoncer quelque chose qui pourra être vu par tout le monde".

En cas de conflit, de mouvement social, de vague de répression, "Twitter est devenu une plateforme centrale pour pouvoir rapporter la réalité de ce qui se passe sur le terrain", estime Charles Lister, du centre de réflexion Middle East Institute, à Washington.

Comme la plupart des autres réseaux sociaux, Twitter est aussi utilisé pour diffuser propagande et fausses informations. L'entreprise a développé des outils de modération pour y faire face, mais leur pérennité fait question après le départ de plus de deux tiers des équipes.

Une étude publiée en 2018 a montré que les fausses informations y circulaient plus vite que celles ayant fait l'objet de vérifications.

"Ce n'est pas réaliste d'imaginer une plateforme la désinformation serait impossible", tempère Charles Lister. "Voir disparaître l'information, juste et fausse", avec l'éventuelle dissolution de Twitter, "est, par définition, une mauvaise chose."

"Les dirigeants autoritaires ou tous ceux qui ne veulent pas que l'information soit partagée pourraient bénéficier d'un monde sans Twitter", anticipe Mark Hass, professeur à l'Université de l'Etat d'Arizona.

- "Source vitale" -

"Ce serait épouvantable pour le journalisme", renchérit Karen North. Car "Twitter n'est pas un réseau social", dit-elle, "c'est un maillage de nouvelles et d'informations, le point de rendez-vous vont les journalistes pour se mettre à jour, trouver une idée de sujet, une source ou une citation."

Avec les réductions d'effectifs et la baisse des budgets qu'a vécues la presse depuis plus d'une décennie, "il n'y a plus les ressources suffisantes pour aller chercher les sources sur le terrain", fait valoir l'universitaire.

Autre effet pervers, selon elle, "sans Twitter, les gens qui auront accès aux médias seront ceux qui seront déjà suffisamment importants pour que la presse les écoute. Avec Twitter, n'importe qui peut annoncer une histoire."

Autre fonction de cet espace collaboratif, "Twitter est devenu une source vitale d'information, de conseils, d'entraide durant les ouragans, les feux de forêt, les guerres, les attaques terroristes ou les épidémies", a tweeté Caroline Orr, chercheuse à l'université du Maryland.

"Ce n'est pas quelque chose qui peut être remplacé par des plateformes existantes", prévient-elle.

Globalement, la question des alternatives possibles à Twitter ne suscite pas de réponse évidente.

"Facebook a son utilité, mais c'est un peu dépassé", avance Charles Lister.

"Des concurrents de Twitter récupèreront sans doute des utilisateurs", prévoit Mark Hass, qui mentionne le réseau social Mastodon, "mais ils resteront probablement des niches. Aucun d'entre eux ne deviendra la place publique que Twitter a cherché à créer."

Il croit davantage au potentiel du site communautaire Reddit, comme Karen North, pour qui ce réseau social est néanmoins limité, en l'état, par sa présentation minimaliste et fouillie, sans comparaison avec la facilité d'utilisation d'un Twitter.

"Je ne crois pas qu'il existe quelque chose aujourd'hui qui offre la même valeur ajoutée que Twitter", explique Charles Lister.

"Est-ce que cela pourrait être reproduit ? Bien sûr", dit-il, "mais ça nécessiterait des ressources énormes et un délai significatif."

This article was published Tuesday, 22 November, 2022 by AFP
Article complet réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'article, choisissez un abonnement
715daa19d7ff304fbd710f62723702ae7af87210.jpg

Bannière avec le logo Twitter à New York, le 7 novembre 2013 © AFP/Archives EMMANUEL DUNAND

>